Les douze chaises

Les douze chaises

€23.00Prix

Ilf & Petrov

Traduit du russe par Alain Préchac

 

540 pages

format 13 x 21.5

ISBN 978-2-84679-462-6

  • l'ouvrage

    Le cas d’espèce du roman humoristique : une satire de la Russie entre NEP et stalinisme que la bureaucratie n’a pas vu passeret qui échappa à la censure !!!

     

    Sur son lit de mort, une riche dame dévoile à son gendre « Hippolyte Matvieïévitch Vorobianinov» qu'elle a caché ses diamants dans l'un des douze sièges de son ancienne maison, réquisitionnée depuis. Problème : celles-ci ont été vendues. L’information tombe dans l’oreille d’un personnage rusé et haut-en-couleurs, Ostap Bender, auto-proclamé «le grand combinateur», qui va proposer à l’aristocrate déchu de retrouver les chaises avec lui. Les «héros « se lancent donc à la poursuite de douze chaises et traversent pour cela une bonne partie de l'Union soviétique. Ce qui permet au roman de livrer une satire féroce et hilarante de l'époque, des absurdités et aberrations rythmant le quotidien du citoyen soviétique. Les années vingt, celles de la famine, mais également des possibilités d’enrichissement pour certains hommes d’affaires peu scrupuleux (en cela, on peut les comparer aux années 90 si chaotiques en Russie). l’URSS de la NEP «Nouvelle Politique Economique», retour fragile à un capitalisme «très contrôlé», qui sombrera avec l’avènement de Staline...

     

    Roman satirique et populaire d’une grande modernité, qui met en scèneun duo improbable à la recherche de diamants cousus dans une chaise tombée depuis dans les mains de l'union soviétique... Roman drôle et cruel sur la misère, truffé de scènes savoureuses qui n’ont pris aucune ride. « Un étudiant désargenté convertit sa jeune femme au végétarisme plutôt que de lui avouer qu'il n'a pas assez d'argent pour acheter de la viande. Ou bien encore la scène dans le musée du mobilier où le peuple va regarder les objets exposés et l'hôtel dans lequel le musée a été installé en passant son temps à évaluer les prix et imaginer comment vivaient les anciens propriétaires. Certaines expressions du roman sont entrées dans la langue courante russe : "tu ne veux pas les clés de l’appartement où est caché l’argent ?" (lorsqu’une personne vous demande un peu trop), "je ne mange pas six jours" (en français dans le texte) ou encore : "la glace est rompue, messieurs les jurés" (pour dire qu’une affaire progresse). Le Grand Combinateur a donné, pour les joueurs russes, son nom à un premier coup aux échecs : 1.e4 est parfois surnommé le "coup d’Ostap Bender". Vous découvrirez pourquoi, évidemment, en lisant le roman .»

     

    Parodie de roman d’aventures et satire humoristique, peu de livres ont connu en Russie autant de succès que ce roman mythiquede la Russie soviétique et sa suite Le Veau d’or (chez Ginkgo), qui rendit célèbre son duo d'auteur, Ilya Ilf et Evguéni Petrov. Ce livre,éclat de rire permanent, est paru en 1928, et reste un monument de la littérature Russe.  

     

  • les auteurs

    Ilia Ilf (Ilia Arnoldovitch Fainsilberg, 1897-1937) et Evguéni Pétrov (Evguéni Pétrovitch Kataev, 1903-1942) sont deux auteurs satiriques soviétiques ayant écrit « à quatre mains » et publié sous l'appellation collective de Ilf et Pétrov. Ils furent extrêmement populaires en Union soviétique dans les années 1920 et 1930.

     

    llf et Petrov n’étaient pas d’accord sur la fin à donner à l’histoire . ils tirèrent à pile ou face...

RESTEZ CONNECTE

NEWSLETTER

  • Facebook Clean

ASSISTANCE

 

01 44 49 75 02

contact@ginkgo-editeur.com

 

© 2020 GINKGOéditeur